« Du poil de la bête »