« On n’attire pas les mouches avec du vinaigre ! », 2010

  • "On n'attire pas les mouches avec du vinaigre !" (l'élevage des mouches), chef de projet : Natacha Mercier - 2010. Photographie : Matthieu Fappani.

Installation et exposition in situ à Mix Art Myrys à Toulouse suivies de la performance dans les rues de Toulouse – 8 et 9 mai 2010.
Chef de projet : Natacha Mercier
Coproduction : Mix Art Myrys, Toulouse

Un après-midi d’été 2007, sur la Côte d’Azur. J’attendais, côté passager, mon ami qui faisait le plein. Je tournai la tête et vis une BMW magnifiquement « tunée » sur le trottoir d’en face. On devinait à peine la marque de la voiture tant elle était re-composée. Sublime, je dois dire. Et rare. Mais moins que ce qui suivit : un homme en descendit, gominé, habillé tout de blanc, paré de lumière et d’or. Il fit le tour de son carrosse, se baissa, cracha dans sa main gauche puis astiqua une jante alu avec précision. Autour de lui, les filles « tombaient comme des mouches ». J’en fis partie.
Natacha Mercier – 2007.

Natacha Mercier a composé une vanité dans une installation et performance avec un élément récurrent dans son répertoire, celui de la voiture, vecteur d’amour-propre, outil d’orgueil.
Ce n’est pas cette fois avec son Opel Corsa B de 490 000 kilomètres qu’elle évoquera la brièveté et la fragilité de l’existence mais avec une Mercedes enrobée de papier tue-mouches enfermée dans une cage de verre. C’est la Mouche, seul élément vivant du tableau de nature morte qui va exprimer l’ambivalence que nous entretenons avec la mort ; cette installation questionne l’interdépendance qui existe entre automobile et vanité.