Nuits Blanches

Installation à la station de métro Porte de Hal à Bruxelles à partir du 08 mars 2024.

FR – Les portraits présentés ici, « Nuits blanches », offrent une modulation particulière. Les travailleurs de nuit saisis par l’appareil-photo, homme comme femme, à parité, sont représentés seuls, à titre d’individu. Leur pose, non héroïsée, valorise l’intériorité.
Retravaillées avec subtilité informatiquement, ces photographies semblent des peintures. L’artiste, qui les a pesées avec minutie, s’y adonne à la technique du clair-obscur dans la grande tradition de ce genre pictural. Son souci constant est d’installer dans le cadre des corps vivants, respectables, incarnés, impliqués dans leur tâche mais aussi soucieux d’eux-mêmes, en évitant l’idéalisation.
Extrait du texte « Nuits Blanches » de Paul Ardenne, écrivain et historien de l’art français.

NL – Deze portretten, « Nuits blanches », zetten op een bijzondere manier de toon. De fotograaf legde evenveel vrouwen als mannen vast, die ze allemaal alleen afbeeldt, als individu. Hun pose is niet heldhaftig en richt de blik op hun innerlijk.
De kunstenaar bewerkte de foto’s subtiel met de computer, het lijken wel schilderijen. Ze gebruikte de clair-obscurtechniek in de grote traditie van deze picturale stijl. Een constante in het werk is de weergave van levende, respectabele, lijfelijke lichamen die vol overgave met hun taak bezig zijn, maar zich ook bewust zijn van zichzelf, zonder geïdealiseerd te worden.
Fragment uit « Nuits Blanches » door Paul Ardenne, Frans auteur en kunsthistoricus.

EN – The portraits presented here, « White Nights », offer a particular modulation. The night workers captured by the camera, an equal number of men and women, are portrayed alone, as individuals. Their non-heroic poses emphasise their inner selves.
Subtly reworked by computer, these photographs appear to be paintings. The artist, who has meticulously weighed them, uses the technique of chiaroscuro in the great tradition of this pictorial genre. His constant concern was to place living, respectable, embodied bodies in the frame, involved in their task but also concerned with themselves, avoiding idealisation.
Extract from « Nuits Blanches » by Paul Ardenne, French writer and art historian.

Remerciements / Met dank aan / Acknowledgements : Matthieu Fappani (photographic assistant), Julien Itterbeek (video assistant) and Yves Infantino (graphic design assistant)

Coproduction / Co-productie / Co-production : Stib et Bruxelles mobilité – Bruxelles 2024.

  • Lire le texte intégral Nuits Blanches de Paul Ardenne (écrivain et historien de l’art français).
  • Consulter la revue de presse de l’inauguration de l’installation.